Comment j’ai trouvé ma place en tant que stagiaire?

Ohlala autant vous dire que ce n’était pas gagné d’avance! On y pense pas mais être stagiaire c’est loin d’être évident!

Je reviens tout juste de stage en maternité et je me suis dit q’un article un peu plus personnel ne serait pas de trop. Je ne peux pas prétendre pouvoir vous apprendre des tas de choses si vous ne me connaissez pas un minimum 🙂

trouver sa place de stagiaire

Pour la petite histoire

Pour celles et ceux qui ne le savent pas j’ai d’abord tenté de faire mes études de sage-femme en France. Mais le concours de la première année de médecine qui permet d’y accéder a eu raison de moi… C’était hors de question que moi vivante je ne fasse pas le seul métier qui me plaisait! S’il y a bien une chose qu’on m’a fait comprendre dans la vie c’est que trouver LE métier qui nous colle à la peau, vaut la peine de se battre.

Alors comme une enfant sage qui écoute ses parents je n’ai rien lâché. En fait je n’ai même pas laissé le choix à mes parents, moi c’est sage-femme ou rien. C’est là que la Belgique est entrée dans ma vie. Après des multiples dossiers, demandes d’inscriptions et une attente interminable, j’ai été admise une semaine avant la rentrée scolaire (départ précipité qui fait couler bcp de larmes ^^). Je suis donc actuellement en première année d’étude de sage-femme et tout se passe très bien. J’ai rencontré des filles comme moi, simples et heureuses d’être là. Mais aussi des professeurs sages-femmes, infirmières, médecins, chirurgiens, fiers d’être là et avides de partager avec nous leur savoir.

Cette expérience est certainement celle qui m’aura humainement le plus comblée.

Vous vous imaginez bien que pendant ces études je suis confrontée à des stages! Cette année j’ai eu la chance de pouvoir mettre les pieds dans une maison de retraite et deux maternités (une en France et une en Belgique). Bizarrement c’est en maison de retraite que j’ai réussi à être moi et prendre la place de stagiaire qui me revenait. Alors qu’arrivée en maternité je me suis complètement renfermée. je me suis mise des obstacles dans ma tête, au point de devoir être sous homéopathie pour gérer mon stress… Mais il y a une bonne raison à cela (je vous l’explique un peu plus bas).

Quand je me mets à votre place

Forcément, déjà que trouver des stages en maternité, c’est très compliqué. Ca nous donne carrément l’impression d’être indésirables car inutiles à ce stade.

Et après on nous demande d’être à l’aise avec vous parents (pour la première fois ou expérimentés). Alors qu’on a, à peine la majorité, même pas un an d’étude, et zéro expérience précédente pour la plupart d’entre nous. Comment voulez-vous que je me sente légitime de vous donner des conseils? Ou de vous apprendre quoique ce soit alors que je ne suis ni maman ni sage-femme (et encore loin d’être l’une des deux).

Je me disais: « Non mais si je lui dit ça, elle va me dévisager. Sur mon badge c’est marqué stagiaire, personne ne fait confiance aux stagiaires. » ou encore « Ca se trouve elle va me dire oui oui et appeler une vraie sage-femme derrière. Et si je me suis trompée ou si j’ai trop pris d’initiatives on va venir me le reprocher » etc etc.

En fait, faire celle qui connait tout, ça ne me ressemble pas. J’aime apprendre aux autres, aider, faire comprendre un truc, donner mon point de vue ou ma technique, mais seulement quand on me le demande. C’est d’ailleurs pour ça que ce blog existe aujourd’hui. J’emmagasine des centaines d’informations. Et je n’avais aucune autre opportunité de les partager avec des personnes réellement concernées, vous en fait. Le seul endroit c’était en stage, et bizarrement je me suis laissée impressionner. Et je me suis recroquevillée dans ma coquille.

Comment ai-je trouvé ma place?

Il a fallu que je croise des personnes (des professionnels de santé), qui ont pris le temps de me dire les choses en face. Je n’étais pas à leur charge (on était dans le même service simplement). Je pense en particulier à un collègue de ma marraine (que je remercie d’avoir trouvé ce stage en maternité en France), qui m’a observé toute une journée, sans que je sache qui il était et qu’il m’observait. J’ai versé des litres de larmes tellement tout ce qu’il m’a dit m’est arrivé en pleine figure. Mais je savais déjà ce jour là, que je ne pourrai que le remercier plus tard.

Il a fallu également que je me confronte à un nouveau stage mais en maternité belge cette fois. Retour à zéro, nos deux pays sont très différents sur qui s’occupe de quoi. Mais j’ai pu améliorer ce que cet anesthésiste m’avait reproché lors de mon premier stage. Et c’était déjà un bon point car la route était encore longue, on en attendait encore plus de moi. Personne ne vient te voir pour te dire comment t’améliorer ou tout simplement nous dire ce qu’on a le droit de faire! Du coup le temps de comprendre et de le mettre en application c’est déjà la fin du stage!

Il a fallu également que je me fasse superviser par ma professeur et que je constate que moi seule, je suis capable de m’occuper d’une jeune accouchée en maternité. Que du haut de mes quelques cours (et nombreuses lectures personnelles), je ne suis pas si ridicule que je le pensais. Et ça, ça m’a fait reprendre du poil de la bête! Mais c’était un peu tard… Disons que je suis prête pour le prochain stage (normalement ^^).

Ce que j’en ai tiré

A force de rencontrer des murs et des chutes, j’ai pu, grâce aux quelques branches qui m’ont permises de m’accrocher, de progresser. Etre stagiaire ce n’est pas inné, et c’est loin d’être une partie de plaisir dans certains cas. Ce n’est pas une position facile. Mais en rencontrant les bonnes personnes mais aussi les mauvaises, on sait comment on va devoir faire, et surtout qui l’on veut être et qui nous ne voulons pas être.

Cette année j’ai vu des professionnels de santé qui viennent spontanément vers toi tout t’expliquer et te faire participer. Et j’en ai vu qui n’en avait rien à faire de toi, ou qui ne prennent pas la peine de te dire en fin de journée les points négatifs et positifs de la journée. Car le plus souvent elles ont vécues la même galère auparavant et trouvent ça normal de le reproduire…

Aujourd’hui grâce à toutes ces personnes, j’ai compris comment je devais faire pour bien débuter un stage et être optimale dès les premiers jours de stage et non le dernier. Mais j’ai aussi compris qui je voulais être demain et surtout celle que je ne veux jamais devenir.

Connaissez vous vos droits face aux stagiaires?

Cet article me fait penser à un cours que j’ai eu cette année… Et je me demande si vous connaissez tous vos droits quand vous êtes patients ou patiente dans le domaine médical? Et notamment sur la question des stagiaires, vous avez des droits.

Si ça vous intéresse dites le moi, je vais préparer ce prochain billet. Parce que avoir des droits et devoirs c’est beau mais quand on les connait pas c’est inutile en fait :O

Ca m’intéresse aussi de savoir ce que vous pensez des stagiaires dans le milieu médical. Et qu’elle réactions/pensées auriez vous si vous étiez accompagnées d’un ou d’une stagiaire?

A lire aussi

Si tu ne veux pas manquer les nouveaux articles pour choisir une grossesse sur mesure inscris toi ici!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *